Nez bouché, que faire ? Causes et solutions !

Nez bouché : causes et symptomes

Qui n’a jamais pesté contre un nez bouché, le nez qui coule, contre une difficulté à respirer ou contre l’excès de mucus (qu’on appelle également congestion nasale) ? Rien de plus normal que tout cela. C’est un mécanisme de défense assez simple, mais néanmoins complexe dans son interprétation. Un nez bouché peut aussi venir d’un autre problème que de l’excès de mucus. Faisons le point.

Nez bouché : Qu’est-ce que le mucus et d’où cela vient-il ?

Le mucus nasal (qui provoque le nez bouché et l’écoulement nasal) a deux fonctions essentielles : premièrement, il prépare l’air entrant avant d’être envoyer dans les poumons. Deuxièmement, il assure la défense du corps en emprisonnant les particules (dont les bactéries et les virus) qui se trouvent dans l’air qu’on respire. Engluées dans la ‘’morve’’, ces particules extérieures sont envoyées, par l’écoulement, dans la gorge puis dans l’estomac où elles seront détruites.
Afin de protéger les poumons (bronches, alvéoles, etc), il est parfois utile d’humidifier l’air inspiré par le nez, car cet air n’a pas toujours un taux d’humidité adéquat pour les poumons. Dans la même logique, le mucus aide à réchauffer l’air. En effet, dans des conditions froides, comme en hivers, l’air pourrait risquer de geler les voies respiratoires, ce qui serait catastrophique. D’où une surproduction de mucus nasal par grand froid avec l’inévitable goutte au nez (et un nez bouché)!

Nez bouchéLa production de mucus est faite par les muqueuses nasales tapissant les fosses nasales. Chacun d’entre nous produit en moyenne 1 à 2 litres de cette substance visqueuse par jour. Cette production de mucus est variable et sera augmentée si les mécanismes de défense du corps le demande. On peut constater ce processus de défense lorsque le mucus devient jaunâtre ou verdâtre (dû au cytochrome, substance chimique riche en fer d’où la couleur) et plus consistent, comme par exemple lors d’un rhume.

Pourquoi a-t-on le nez bouché ?

Un nez bouché peut avoir un grand nombre de causes. Mais on recense principalement trois origines.

La première raison est la conséquence d’un problème physique. Défaut de naissance ou suite à un accident, une déviation de la cloison entraîne un problème de circulation de l’air. Les études cliniques ont démontré que 80% de la population en souffre, mais dans une grande majorité des cas cela reste ignoré. Ce problème engendre parfois une gêne dans la respiration, surtout d’un côté, et la seule solution efficace est l’opération chirurgicale.

La seconde cause du nez bouché (ou obstruction nasale est un gonflement des parois des fosses nasales en réponse à une infection ou à une irritation, comme par exemple dans le cas d’une allergie au pollen. Dans ce cas, on prescrira des traitements qui tendront à réduire le gonflement veineux pour laisser l’air passer. En plus des gonflements des parois internes du nez, on crée beaucoup plus de fluides pour tenter de se débarrasser des particules allergènes. C’est la rhinite allergique (qui peut aussi être une rhinite chronique et qu’on peut aussi appeler rhume des foins), une trop grande quantité de mucus, souvent très liquide. Dans ce cas, le nez n’est pas toujours obstrué car l’écoulement se fait très vite.

La troisième cause du nez bouché est une surproduction de mucus. Les glandes des muqueuses nasales sécrètent plus de fluides que nous ne pouvons avaler. Le mucus reste alors dans les fosses nasales et le surplus s’écoule par le nez. Comme par exemple lors d’un rhume ou d’une grippe.
Le rhume ou rhinopharyngite (à ne pas confondre avec la pharyngite qui elle concerne uniquement la zone sur pharynx est causé par un virus. Souvent accompagné par un mal à la gorge, il est responsable de nombreux éternuements et d’un nez coulant parfois abondamment. Il existe un grand nombre de virus responsable. En raison des systèmes de chauffage asséchant l’air, l’hiver est propice, à la sinusite, aux rhumes, à la toux sèche et aux maux de gorge. En effet, les muqueuses n’étant plus assez humidifiées, elles deviennent moins efficaces pour produire du mucus, laissant dès lors les virus s’installer. Les symptômes disparaîtront seulement quand l’ensemble du processus d’infection finira, après quelques jours. Les prescriptions données auront pour seuls effets de réduire les conséquences de l’infection.

Dans certaines situations, plus qu’une surproduction, c’est la consistance du mucus qui rend l’écoulement difficile du nez bouché (cela peu d’ailleurs aggraver des problèmes d’apnée du sommeil). Le traitement approprié sera à base de décongestants type spray nasal (ou oral), mais pour un très jeune enfant, il existe des aspirateurs à mucus qui permet de l’aider à respirer correctement. Lorsque bébé a le nez bouché ou a un rhume n’hésitez pas à utiliser un sérum physiologique dans chaque narine pour favoriser l’écoulement nasal. Plus le fluide nasal se charge de poussière et de bactéries, plus il aura tendance à s’assécher. Il est aussi très important de bien s’hydrater ; la ‘’morve’’ deviendra plus liquide.

Comment se déboucher le nez ? Il existe de nombreuses manières, naturelles, pour vous dégager le nez bouché. Le mieux étant de prévenir le nez bouché en évitant l’humidité.

Il existe plusieurs remèdes naturels efficaces et rapides pour déboucher le nez et effectuer un lavage de nez.. On notera par exemple l’inhalation, qui permet d’inhaler, comme son nom l’indique, de l’huile essentielle eucalyptus ou de menthe pour fluidifier et décongestionner ses narines. On peut d’ailleurs utiliser l’inhalateur pour un traitement du ronflement.

Attention de ne pas trop de moucher car cela pourrait provoquer un saignement de nez. Pour soigner un rhume le plus important est de bien se dégager le nez et de rester au chaud.

On peut également utiliser un vasoconstricteur qui va permettre de rétrécir les vaisseaux sanguins mais attention, il ne faut pas en abuser car il devient moins efficace lorsqu’on en utilise régulièrement.